vendredi 31 août 2007

C'est par la dent, que néni, Ctalope !

Un peu d'histoire (plus ou moins vraie) en rimes et vers pourris :

Il était une fois dans un petit village pendant le moyen-age, près de Foix
Un homme appelé Virless de ses mains très adroit
Un marionnetiste si agile de ses dix doigts
Qu'il réussissait sans peine à rendre ses personnages si dignes de foi
Qu'on aurait dit des êtres pensants,
Réfléchissants au pourquoi de leurs pas.

Mais ce pauvre homme était bien mal né
La Nature dans sa bontée l'avait oublié
Elle l'avait pourvu d'une trogne si amère
Qu'elle avait rendue folle sa prauvre mère (rime pourrie inside)
Qui dans un accès de désespoir, d'ivresse et de furie
L'avait frappé au dents détrusant tout l'émail, et jamais ne s'en remit.

Seulement, la fée bleue, qui croisait son chemin,
Décida d'aider, d'accorder le bonheur enfin,
Mais cette fée était bien fatiguée,
Elle sortait en effet juste, d'un troquet
Et ajoutant à la malchance de notre pauvre héros
Le gratifia d'une unique dent bleue, autour de ses chicots.

L'enfant grandit, devint homme, ses dents poussèrent
Mais la belle dent bleue résistait, le rendant fier
On l'appelait ainsi "dent bleue" du non de cette dernière
Qui ajouta à son talent un aura de mystère

Le don de cet homme était un prodige
Sa réputation était telle que ses poupées dociles
Assuraient à son nom, un certain presitige
Il parvenait même à les rendres si graciles,
Que le peuple dans son émoi, ne voyait pas les fils
Et hurlait "Virless, Virless, Sans fils Sans fils!!"

De cet homme il ne reste que cette balade
C'estui bien le meilleur tribut que le peuple lui régla
Et qui assure à travers les temps malades
La pérénnitée de son souvenir, ceux de ses pas.




Virless "Dent bleue" peint par Gilberdegonde Herbert

C'est ainsi qu'est né ce mythe qui est encore bien présent dans notre vie quotodienne de Virless "dent bleue". En effet, les anglo-saxons l'ont repris pour dénommer leurs artéfacts électroniques capables de communiquer sans le moindre fil du nom de ce célèbre personnage comme on peut le voir ici ou encore .

Niark

2 commentaires:

Anonyme a dit…

+ de poeme ca serait bien...

Lapiiiiiin a dit…

Mdr (oui comme d'hab, paske ça me fait toujours marrer c'que técris ^^). C'est bien trouvé XD .

>> au fait, Vizir t'as pas dit mais la bête poilue qui vit dans l'enclos du palais du Sultan lui va super bien (il paraîtrai que c'est un bouc), et la maîtresse principale du dit Vizir le répète égalemement : the bouc is good on the Sultan!