vendredi 13 juin 2008

Les boites, c'est de la merde

Hier, c'était tonus clem' en bouate. Comme je suis un gars responsable et que je conduisais, j'ai pas bu, ce qui m'a permis de réaliser une étude assez exhaustive et complète des blaireaux rencontrés dans la boite susnommée (d'ailleurs, chez moi on appelle ça des laids, parce qu'ils sont moches, et comme ça, les discothèques, c'est des boîtes de laids qu'on dansés (Jeu de Mot Breveté par Bobby Lapointe TM)). Je passerais sous silence les inévitables tectoniks, ou encore les danseuses à grosses cuisses du cheptel Fun Radio (moches, ridicules et connes à la fois, elles sont vraiment très fortes).

Mais le truc qui m'a vraiment choqué dans cette putain de boite, par ma non-ébriété, c'est la musique. En effet, le malheureux quidam en charge de l'entretient des crépières pioneer pleines de boutons devait, sans doutes suite à une consommation excessive de stupéfiants et autres boissons alcoolisées, avoir sa mémoire auditive réduite à 10 secondes, puisqu'il n'hésitait pas à tenter des performances quasi dignes des futuristes, à savoir passer le même beat répétitif à 2 balle (j'ai déjà fait mieux en bidouillant mon synthé, c'est dire...) pendant 3 quart d'heure. Et le pire, c'est que la masse grouillante et suintante de boutonneux en rut hormonal semblait considérer que ce rythme binaire répétitif et gerbatoire au bout de la 3eme minute d'écoute comme les plus magnifiques marches des trompettes du paradis. J'ai tenté sans succès de suivre le mouvement, mais, sentant mes capacités cognitives fondre à vue d'œil, j'ai préféré protéger mes cellules gliales. Le pire, c'est qu'ils passent toujours les même remix des même mecs bouseux roumains qu'on bricolé un vieux beat rapide en 10 minutes chrono (parce qu'il ne faut vraiment pas plus de 10 minutes pour pondre des chansons comme ça (vraiment, hein, j'ai déjà tâté de plusieurs logiciels de sample et autres trackers, hebin même avec ma faible expérience, je torche un Boum-Tchi-Boum de 30 minutes comme celui-ci en un quart d'heure)).

La différence entre un bon DJ et un mauvais DJ ? Hebin, le bon DJ, il met son beat en boucle pendant 10 minutes en rajoutant des effets pourris pour faire croire que ça change alors que le mauvais DJ, bin il met son beat en boucle pendant 10 minutes en rajoutant des effets pourris pour faire croire que ça change, maaiiiss heuu...., enfin ça se voit tout de suite, la différence entre un bon et un mauvais DJ. (En fait, je crois que la seule différence entre ces 2 types de bons à rien prétentieux, dont le seul moteur de carrière à été la cooptation, c'est le cachet).

Enfin, si l'on excepte la musique, ce fut assez drôle d'observer les blaireaux bourrés suinter de l'huile d'olive en faisant frétiller la graisse bientôt prospère qui tapisse leur peau abdominale malgré leurs efforts acharnés pour bouffer seulement 1 sandwich le midi (qu'ils s'empressent bien sur de récupérer sur le repas du soir), dans une tentative désespérée de croire en leur existence en tant qu'individu libre de ses choix, par cette brève explosion cadrée d'exultation fêtarde, leur permettant de mieux continuer à rester dans le moule qui fera d'eux des cadres replets gris et dociles dans une entreprise qui les exploitera sans même qu'ils ne s'en insurgent car ils n'ont pas de volonté propre et méritent donc ma pitié méprisante.
(oui, j'ai eu le temps de réfléchir dans cette bouate).

1 commentaire:

Auréline a dit…

XD
je suis allée une fois en tonus, et je me suis marrée parce que j'étais avec un pote trop drôle sinon ça aurait été l'horreur je crois^^

vive les bouates T_T