jeudi 6 septembre 2007

La suite...

Résumé des épisodes précédents : C'est la merde

Toujours le souffle cours je reprenais mes esprits quand soudain j'aperçus ce qui me semblât être une lumière provenant des catacombes et des voix montant lugubrement des profondeurs. Pensant que des humains pouvaient avoir été fait prisonniers sous la Pierre que je venais de dégager, je décidai d'utiliser ma torche électrique pour explorer cette grotte qui au pire aurait été vide, et ne pouvait présenter de dangers particuliers hormis quelques bêtes sauvages, rares dans la région, et les éboulements. Toujours assailli par la puanteur, j'avais placé mon mouchoir sur mon nez afin de ne pas être trop perturbé par les émanations de ce boyau serpentant dans les méandres de la terre. Après être entré dans ce qui se révéla être une ancienne mine désaffectée, transformée on ne sais pourquoi en tombeau et où étaient placées de curieuses statuettes impies. Attiré par une lumière qui m'entraînait toujours plus profondément dont la source paraissait de plus en plus proche, je m'enfonçait dans les entrailles de cette tombe gigantesque, hypnotise par le décor et le grondement sourd s'élevant des profondeurs et les champs psalmodiés dans le lointain. Après une marche qui me sembla durer des heurs, j'arrivai dans une antichambre exiguë creusée à même la roche par la main de l'homme. Le souffle froid et fermenté continuait d'effleurer mon visage alors que je m'approchais de la porte de la pièce. Immédiatement, je fus ébloui par la lumière vive qui baignait l'immense salle, contrastant avec l'obscurité et l'étroitesse du boyau qui m'y avait mené. Au centre de cette vaste pièce, était placé un gigantesque feu, alimenté par des rigoles où coulait une substance qui semblait de l'alcool et qui venait de deux grands réservoirs en briques. Un autel était situé devant la flamme, face à l'immensité de la salle, au milieu de laquelle se situait un puits d'où semblait provenir l'air empesté, le râle sourd et les psalmodies.
J'étais estomaqué et je me demandais quelles puissances obscures avaient bien pu pouvoir creuser et entretenir cette construction cyclopéenne. Je fis le tour de la salle et ayant remarqué le puits, qui d'ailleurs possédait un escalier en son flanc, je décidai de descendre y jeter un coup d'oeil poussé par la curiosité et par l'attrait hypnotique que cet endroit exerçait sur moi. Arrivé à environ 10 pieds de profondeur, j'entendis un terrible fracas qui montait en puissance tel le roulement du tonnerre, où on discernait cependant un hurlement de paroles impies, terrifiantes et abjectes qui m'ont vrillé les entrailles " N'gai, n'gha'ghaa, bugg-shoggog, y'hah ; Yog Sothoth, Yog-Sothoth, YOG SOTHOTH", le dernier mot étant accompagné d'un terrible cri qu'aucun être vivant sur terre n'aurait pu produire, un si terrible cri que seule une puissance Démoniaque du Chaos aurait pu pousser. Éprouve par les sentiments de frayeur et de panique qui m'assaillaient, je lâchai ma lampe électrique, qui se perdit dans les ténèbres insondables du puits, mais me montra, dans un dernier sursaut un image qui reste gravée à jamais dans ma mémoire et que je ne souhaite à aucun être de jamais voir.
Au début, cela ne m'avait semblé, à travers mon étourdissement, n'être qu'une statue grotesque et cyclopéenne d'un démon païen de l'ancien temps, apporté ici par je ne sais quels maléfices, mais je remarquai après un court temps que cette créature m'observait, elle semblait attendre que je fasse le moindre pas dans sa direction pour agir, et j'entendais à ce le râle sourd et étouffé qu'émettait cette affreux et gigantesque monstre. C'était le reflet vampirique d'une réalité abjecte, oubliée à jamais dans les profondeurs du temps, un être putride, immonde, lépreux, rongé par une vermine ancienne et purulente."Il" m'observant d'un regard maléfique et luisant d'un intérêt malsain envers ma personne. Même après que ma lampe ne l'éclaire plus, je pouvais encore le distinguer tellement sa tête immonde était gravée dans mon esprit.
Soudain, ma lampe heurta le fond de ce puits avec un bruit sonore, qui se propagea longuement à travers toutes les galleries. Je les entendis enfin... La fin demain promis(putain je sais c'est pourri de faire ça et c'est rat, mais j'ai vraiment pas bcp de temps pour écrire ça)

1 commentaire:

Lapin a dit…

Ouais, c'est rat d'ta part, t'exagère!.... XD meuh non, j'plaisante ^^. A part les mots un peu tirés par les cheveux et quelques fautes d'orthographe, tu t'en sors pas mal (hu hu).
J'espère que la fin sera comique (pour contraster avec l'horreur et la noirceur de l'aventure):D!